Passer au contenu

Pays

3 facteurs de qualité de l'air augmentent le risque d'infection

Alors que le coronavirus continue de se propager, de plus en plus de personnes ont leurs propres désinfectants, travaillent à domicile, tombent malades, évitent les déplacements inutiles et font tout ce qu'elles peuvent pour prévenir la maladie. De nouvelles découvertes sont nécessaires à chaque saison grippale.

Indépendamment de la nécessité de rester stérile, la qualité de l'air ne peut être ignorée. Voici un résumé des trois principaux facteurs environnementaux qui peuvent affaiblir le système immunitaire et augmenter la sensibilité aux infections.

1. La basse température

La saison de la grippe a toujours une cause hivernale. C'est la même raison pour laquelle certains professionnels de la santé se demandent si le coronavirus a une saisonnalité similaire. Le nombre de cas a chuté en été et s'est répété au début de l'automne.

La recherche montre que la principale cause du rhume est le rhinovirus, qui peut survivre à des températures plus basses et se propager plus efficacement. C'est parce que les rhinovirus se reproduisent mieux à des températures plus basses, ou parce que le temps froid et sec peut les garder plus longtemps dans le corps.

Un nez qui coule à cause d'un rhume peut également augmenter votre sensibilité aux infections. Au fur et à mesure que le nez bouge, la fréquence de contact avec le visage augmente, augmentant le risque de transmission du virus de la surface contaminée à la cavité nasale. Le mouchage habituel du nez irrite également la peau, rapprochant les capillaires de la surface et permettant au virus de pénétrer directement dans la circulation sanguine. Comme si cela ne suffisait pas, les températures froides à l'extérieur peuvent augmenter le temps que vous passez à l'intérieur, où un contact étroit et une contamination peuvent se produire.

Mais vous n'avez pas seulement à vous soucier de la température, pas seulement de l'hiver. Méfiez-vous des thermostats au printemps et résistez à l'envie de rafraîchir l'air de votre maison et de votre bureau lorsque l'été commence à se réchauffer.

2. Faible humidité

Le faible taux d'humidité est la deuxième raison pour laquelle l'hiver est synonyme de saison du rhume et de la grippe. L'humidité extérieure diminue naturellement avec la température car l'air froid emmagasine moins d'humidité que l'air chaud. Les systèmes de chauffage intérieurs aggravent le problème en asséchant de petites quantités d'eau qui restent dans les maisons, les bureaux et autres lieux publics. Les chercheurs pensent qu'ils peuvent aider à lutter contre l'infection virale à long terme, comme dans les environnements à faible humidité avec des bords d'air, augmentant l'exposition et contribuant aux épidémies.

Dans une étude très médiatisée du CDC, des chercheurs ont utilisé des mannequins pour respirer et tousser afin de simuler la propagation de la grippe et de tester l'incidence de l'humidité sur les taux d'infection. J'ai pu « tousser » dans l'air 70 à 77 % des virus de la grippe qui étaient encore infectieux une heure plus tard dans une faible humidité intérieure (23 %). Si l'humidité augmente à 43 % même après une heure, seulement 14 % des particules sont infectieuses. En fait, à une humidité élevée, la plupart des particules de grippe se décomposent et deviennent inactives après seulement 15 minutes.

À emporter ? Si vous observez l'humidité intérieure, en particulier avec les changements saisonniers, vous pouvez rester en bonne santé tout au long de l'année. L'achat d'un bon humidificateur peut réduire l'irritation des voies respiratoires et rendre les espaces publics plus hygiéniques.

3. Particules élevées

De nombreuses études ont trouvé des liens entre la matière particulaire ambiante (PM2. 5) et les maladies chroniques telles que l'asthme et l'eczéma. Pour les personnes ayant une certaine susceptibilité génétique, la pollution de l'air peut agir comme une étincelle dans l'environnement où ces gènes sont exprimés.

Exposition à long terme aux PM2. 5 peut affecter la santé globale du système immunitaire, même en l'absence de conditions préexistantes. Des études ont montré que des niveaux élevés de PM2. 5 l'exposition peut entraîner des infections respiratoires chroniques et augmenter le risque d'infections respiratoires et d'autres complications à long terme.

PM2 élevé. 5 niveaux augmentent également l'inflammation allergique naturelle du corps et la réponse immunitaire. Cette surcompensation peut éventuellement conduire à l'anaphylaxie (le développement d'allergies).

Vous ne pouvez pas modifier les conditions extérieures, mais vous pouvez prendre des mesures pour améliorer le climat intérieur et maintenir votre système immunitaire en bonne santé. Le moniteur de qualité de l'air Temtop enregistre la température, l'humidité, les PM2. 5, le dioxyde de carbone (CO2) et les produits chimiques toxiques (COV) et fournit des informations et des instructions sur l'amélioration de la qualité de l'air intérieur.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour en savoir plus sur le moniteur de qualité de l'air de Temtop et sur la façon d'agir lorsque c'est le plus important.

Article précédent VINE VOICE du détecteur de fuite de réfrigérant Elitech LD-100+

laissez un commentaire

Les commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître

* Champs obligatoires

Comparer les produits

{"one"=>"Sélectionnez 2 ou 3 articles à comparer", "other"=>"{{ count }} éléments sélectionnés sur 3"}

Sélectionnez le premier élément à comparer

Sélectionnez le deuxième élément à comparer

Sélectionnez le troisième élément à comparer

Comparer